L’histoire falsifiée: le parlement européen et le mythe des « jumeaux totalitaires »

La résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 « sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe » assimile sans nuances les régimes nazi et communistes dans la même volonté de condamner les totalitarismes, allant jusqu’à sous-entendre la pertinence de l’interdiction des symboles communistes.

En proposant une version officielle de l’Histoire, l’Union Européenne cherche à promouvoir sa propre idéologie néolibérale et à en discréditer toute contestation progressiste par un sophisme des plus vaseux. Ce texte pose en outre un regard complaisant sur les pouvoirs autoritaires à l’œuvre dans plusieurs pays de l’Est alors même que nous y savons de nombreux droits et libertés fondamentaux bafoués.

Si cette résolution est critiquable à plus d’un titre, quelle réponse commune peuvent lui fournir les progressistes en évitant de ressusciter leurs querelles intestines ?

Avec

Anne Morelli, Doctoresse en histoire contemporaine
Jean Vogel, professeur en Science politique (ULB)

MAISON COMMUNE « L’AURORE »
162 rue du Midi
1000 Bruxelles