Kosovo : le bal des hypocrites

Publié le .

La décision du gouvernement du Kosovo de créer une armée à suscité un concert d'hypocrisies remarquable de la part des gouvernements occidentaux. Les mêmes puissances occidentales qui, moyennant l'intervention de l'OTAN, avaient réussi en 1999 à démanteler la Yougoslavie et fabriquer de toutes pièces l'état fantoche du Kosovo, font semblant aujourd'hui de regretter cette grossière provocation du gouvernement de Pristina.

Ils avaient déjà fait preuve d'une lâche complicité avec les objectifs de l'Otan de "finir le boulot" en acceptant en 2007 le projet soumis par l'atlantiste suédois Ahtisaari, consistant en doter au territoire de Kosovo, contrôlé alors par les terroristes de l'UCK, le statut d’État indépendant possédant ses propres symboles et sa propre constitution. Pourtant ils savaient parfaitement bien que cette proposition violait la résolution 1244 de juin 1999 des Nations Unis qui mettait fin aux conflit et stipulait que tout arrangement ultérieur devait se faire dans le cadre de la reconnaissance de l'intégrité territoriale de la Serbie (à ce moment encore, la Yougoslavie).

Depuis, c'est un secret de polichinelle que cette région est devenue le prototype même du chaos dans sa plus extrême acception. Reconnue unanimement comme le centre le plus important des trafics de drogue au niveau international et ce, y compris avec la complicité de ses plus hautes autorités. Avec un taux de chômage de sa population active proche du 50 %. Avec une corruption si généralisée et puissante qu'elle semble avoir même contaminé les hauts magistrats européens censés surveiller la gestion de la justice de ce pays (dont 3 ont du démissionner soupçonnés d'avoir été soudoyés par le crime organisé) et dont le président même du pays, Hashim Thaçi a été accusé de participation dans le trafic d'organes auprès du même Conseil de l'Europe.

Voilà la récolte de cette croisade dont Bernard Kouchner, un de ses inspirateurs, disait qu'elle allait donner vie aux "vraies valeurs de l'Europe"..

Imprimer