Licenciement d'un délégué de la CNE

Dans le récent numéro 75 du Drapeau Rouge, Martin Willems, secrétaire permanent CNE, nous expliquait que la période des soldes des délégués syndicaux avait commencé ! Un titre provocateur pour décrire une situation plus que provocante.

Il nous expliquait que l'approche des prochaines élections sociales qui vont avoir lieu en mai 2020 donne aux entreprises une occasion de « liquider » leurs délégués syndicaux les plus combatifs. En effet disait-il, la loi protège les représentants du personnel et les délégués syndicaux contre le licenciement en obligeant une entreprise qui licencie à payer des indemnités mais celles-ci sont calculées en fonction de la durée restante jusqu'aux prochaines élections sociales. Plus on s'en rapproche, moins l'indemnité sera lourde...

C’est ce qu’on appelle cyniquement la « période de solde » des délégués.

Dans l'article, il nous parlait de deux délégués principaux de l'entreprise de consultance ALTRAN qui venaient d'être licenciés.

Ce jeudi 25 juillet, c'est notre camarade Laurent VANHAELEN, délégué principal CNE, secrétaire du CE et représentant du personnel au CPPT et en DE qui vient d'être licencié par l'entreprise Econocom où il travaillait depuis 19 ans. Laurent est un délégué combatif que l'entreprise a licencié pour son travail syndical. En effet, la lettre signifiant son licenciement ne parle que de son travail syndical, notamment des actions menées pour améliorer les conditions de travail à la STIB. La direction y dit explicitement que son travail syndical a « dépassé les limites »!

Pour un délégué combatif comme Laurent , les limites qui sont dépassées sont celles dépassées par la direction dans sa façon de traiter les travailleurs et les travailleuses. Il n'est pas de ceux qui font le dos rond, il affronte de face et cela évidemment ne peut plaire à la direction.

Solidarité avec Laurent. Réintégration de Laurent dans tous ses mandats.

Pour suivre la situation : https://www.facebook.com/Vanhaelen.Laurent

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir