L’attaque turque expose la tartuferie de l’Occident

Voici plus de 3 ans que des troupes US, épaulées par des forces de l’Otan occupent une partie de la Syrie, au mépris total du droit international, sous le prétexte de « lutte contre le terrorisme ». L’Occident est donc assez mal mis pour condamner l’agression turque contre la Syrie.

L’invasion US fin 2015 et la mise sur pied en catastrophe des FDS « Force de Défense Syrienne » (composée principalement de la branche syrienne du PKK, …organisation terroriste aux yeux de l’UE) a été une réponse directe à l’engagement militaire de la Russie à partir de septembre 2015. C’est cette implication aux côtés du gouvernement syrien qui avait permis en moins d’une année de repousser les groupes terroristes, dont en particulier ‘Daesh’ – même si les médias en attribuent aujourd’hui le mérite exclusif aux combattants kurdes.

Avant cela les USA s’accommodaient étrangement bien de l’Etat Islamique ; en 2012 était dévoilé un rapport du renseignement US (DIA) qui affirmait explicitement que la création d’un état islamique en Syrie allait au devant des désirs des puissances qui s'attaquaient à la Syrie : "Si la situation se détériore, on pourra établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l’est de la Syrie, et c’est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l’opposition, afin d’isoler le régime syrien" (cf. https://www.legrandsoir.info/l-occident-facilitera-la-montee-de-l-etat-islamique-afin-d-isoler-le-regime-syrien-lit-on-dans-un-document-de-la-defense.html). L’impuissance des Etats-Unis face à l’ EI depuis 2012, soit depuis sa création en Irak et son expansion vers l’Est, jusqu'à l'intervention de la Russie en 2015, était bien curieuse.

L’intervention en Syrie des USA et des pays de l’Otan sous couvert de lutte contre le terrorisme de Daesh, n’avait fondamentalement qu’un objectif, celui d’empêcher le gouvernement syrien de récupérer les territoires à l’Est de l’Euphrate. Le soi-disant Etat Islamique a ainsi été doublement utile à l'Occident : une première fois pour attaquer directement l'état syrien et tenter de le détruire, et une deuxième fois comme prétexte à une occupation illégale sans fin. Les USA ont construit plus d'une douzaine de bases militaires en Syrie, sur une terre fertile et riche en hydrocarbures, coupant le pays sous embargo de son accès à ses propres ressources de blé et de pétrole.

Il est extrêmement regrettable que les forces supplétives kurdes en s’alliant avec l’occupant, n’aient pas retenus les leçons de l’histoire.

« Je condamne avec la plus grande fermeté l’offensive militaire unilatérale en Syrie et j’appelle la Turquie à y mettre un terme le plus rapidement possible » a déclaré le président français. Lui qui participait fièrement au bombardement de la Syrie après des attaques chimiques fabriquées. Même Israël, comble du cynisme, a condamné l’agression turque. Ce sont toutes ces agressions qui sont à condamner également ; toutes les puissances étrangères qui se trouvent illégalement sur le territoire de la Syrie, que ce soit la Turquie, la France, Israël ou les USA, doivent partir.

Imprimer E-mail

Commentaires   

#1 Julien Hannotte 12-10-2019 16:52
Le Communiqué du Parti Communiste des États-Unis est bien à cet égard : Les forces kurdes étaient censées être des alliées américaines dans la lutte contre ISIS, mais Trump a maintenant montré au monde ce que le mot "alliés" signifie pour lui. Que tous les "alliés" actuels et potentiels le remarquent !
L'incursion turque promet une catastrophe humanitaire et viole grossièrement la souveraineté nationale de la Syrie. Le gouvernement turc actuel prétend qu'il est nécessaire de supprimer les séparatistes kurdes en Syrie, mais il a laissé passer toute occasion réelle de règlement pacifique de son conflit avec les Kurdes en Turquie même, de sorte que le prétexte turc pour cet acte violent ne tient pas la route.
Et la Turquie et les Etats-Unis sont tous deux membres de l'OTAN. Cette évolution montre une fois de plus l'influence négative de l'OTAN sur la paix mondiale et la stabilité régionale.
Le Parti communiste américain exprime sa solidarité avec le peuple syrien, avec les travailleurs turcs et avec la population kurde des deux pays, et dénonce le recours aux armes du gouvernement turc, encouragé par les Etats-Unis.
Nous dénonçons également l'ingérence turque et américaine en Syrie et dans les pays voisins, qui non seulement a renforcé plutôt qu'affaibli l'ISIS, mais qui, pendant de nombreuses années, a permis leur passage transfrontalier, les a formés, armés et financés - ceci malgré le fait que les Etats-Unis et la Turquie justifient leurs actions sur la base de la lutte contre ISIS.
Le Parti communiste des États-Unis souligne que la politique américaine, en particulier sous la présidence de Trump, a délibérément affaibli la capacité des Nations Unies à gérer des situations de conflit comme celle-ci. En effet, les États-Unis ont substitué leur propre puissance militaire et celle de l'OTAN à la primauté du droit international et à la Charte des Nations Unies. Le peuple des États-Unis doit dénoncer cette dangereuse tendance de la part de notre propre gouvernement.
Le Parti communiste des Etats-Unis note que ces événements prouvent, si besoin était, qu'il est grand temps que l'OTAN elle-même soit démantelée, en tant qu'entité qui menace la paix mondiale. http://www.cpusa.org/article/cpusa-denounces-erdogans-aggression-in-syria/?
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir