La vie d'Assange est en danger

Le Rapporteur de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, a dénoncé une nouvelle fois ce vendredi 1er novembre le traitement subi par Julian Assange dans les geôles britanniques. "A moins que le Royaume-Uni ne change d'urgence de cap et n'améliore sa situation inhumaine, l'exposition continue de Julian Assange à l'arbitraire et aux violations de ses droits pourrait bientôt lui coûter la vie"

Le 21 octobre, lors de sa comparution au tribunal de Westminster, Assange était apparu extraordinairement affaibli et dans un singulier état de confusion : « Julian a présenté exactement les symptômes d’une victime de torture » selon Craig Murray qui a fait un compte rendu saisissant de l’audience (à lire sur legrandsoir.info/assange-au-tribunal-21-octobre-2019.html) :

Jusqu’à hier, j’avais toujours été sceptique à l’égard de ceux qui affirmaient que le traitement de Julian était assimilable à de la torture - même de la part de Nils Melzer, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture - et sceptique à l’égard de ceux qui suggéraient qu’il pourrait être sujet à des traitements médicamenteux débilitants. Mais après avoir assisté aux procès en Ouzbékistan de plusieurs victimes de tortures extrêmes, et après avoir travaillé avec des survivants de Sierra Leone et d’ailleurs, je peux vous dire qu’hier, j’ai complètement changé d’avis.

"Alors que le gouvernement américain poursuit M. Assange pour avoir publié des informations sur de graves violations des droits de l’homme, y compris des actes de torture et des meurtres, les responsables de ces crimes continuent de jouir de l’impunité ", a déclaré N.Melzer. Il devrait être devenu parfaitement clair pour tous aujourd’hui que le traitement infligé à Assange n’a rien à voir avec une quelconque justice d’un état de droit souverain, mais est un avertissement adressé à tous les autres journalistes pour leur démontrer le prix à payer quand on se risque à dénoncer les crimes de l’état le plus puissant du monde.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir