Syrie : «On garde le pétrole», déclare Trump

Il devient de plus en plus difficile de soutenir que les Etats-Unis restent en Syrie "pour combattre Daech", après les déclarations de cette semaine des responsables de l'administration Trump, et de Trump lui-même…

« Nous allons rester là-bas pendant un certain temps pour garder le contrôle des gisements de pétrole, éviter toute résurgence d'ISIS et veiller à ce que les Kurdes tirent un revenu de ces gisements de pétrole », a déclaré Robert O’Brien, conseiller en sécurité nationale des États-Unis

« Les troupes US resteront positionnées dans cette aire stratégique [les champs pétroliers syriens], et nous répondrons avec une force militaire écrasante à tout groupe qui menacerait la sécurité de nos forces sur place. » déclare Mark Esper, secrétaire à la Défense des États-Unis
« Est-ce que cela inclus d'empêcher que des forces syriennes ou russes y accèdent ? » demande une journaliste de CNN
« Oui, la réponse brève est oui » répond-t-il, « car nous voulons nous assurer que les Forces Démocratiques Syriennes [en clair les milices Kurdes du YPG] ont bien accès à ces ressources. »

« Nous gardons le pétrole », déclare encore plus brutalement Trump. « Souvenez-vous de cela. J'ai toujours dit: conservez le pétrole. Nous voulons garder le pétrole - 45 millions de dollars par mois. Gardez le pétrole. »

« D’autres [pays] peuvent patrouiller la frontière [syrienne]. Nous n’en avons plus besoin. Nous voulons ramener les soldats chez eux, mais nous les laissons là-bas pour garder le contrôle du pétrole ». « Nous devrons peut-être nous battre pour le pétrole. C'est OK. Peut-être que quelqu'un d'autre veut le pétrole, auquel cas ils ont à se battre très fort. Mais il y a là des quantités massives de pétrole. »

« Ce que j'ai l'intention de faire, c'est peut-être de conclure un accord avec un Exxon Mobil ou l'une de nos grandes entreprises afin de faire ça comme il faut… et de répendre [spread out] la richesse », toujours Trump lors d'une conférence de presse.

En clair les USA déclarent franchement prendre possession des ressources naturelles d’un pays tiers par une occupation militaire. On voit également que les États-Unis n’ont pas abandonné l’idée d’une partition de la Syrie en secte et ethnie, et espèrent avoir trouvé une source de revenus pour la partie kurde, le prétendu «Rojava». A souligner que les champs pétrolifères syriens sont très loin des enclaves kurdes du nord de la Syrie...

« Donald Trump est le meilleur président de l’histoire des Etats-Unis », a déclaré le président syrien Bachar el-Assad « car il proclame ouvertement ses objectifs, par exemple sa volonté de prendre le contrôle des gisements pétroliers.[…] Il n’est pas le meilleur en raison d’une bonne politique, mais parce qu’il est le plus transparent, il dit ouvertement: "nous avons besoin de pétrole", "nous voulons nous débarrasser d’untel", "nous voulons octroyer des services en échange d’argent". Telle est la politique des États-Unis. Qu’est-ce qui peut être mieux qu’un ennemi sincère ? »

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir