La Bolivie fait face à une vague de fascisme

Quelques compagnies de police se sont mutinées en Bolivie et ont rejoint les manifestants dans certaines grandes villes du pays. Un scénario à la vénézuélienne semble donc commencer à être tenté contre la Bolivie, en utilisant les mêmes méthodes et arguments, en commençant par la contestation de la large victoire d'Evo Morales le 20 octobre dernier.

« Sœurs et frères, notre démocratie est en danger à cause du coup d'Etat en cours que des groupes violents ont lancé contre l'ordre constitutionnel. Nous dénonçons devant la communauté internationale cette attaque contre l'Etat de droit », « J'appelle notre peuple à prendre soin pacifiquement de la démocratie et de la CPE (Constitution politique de l'Etat) pour préserver la paix et la vie en tant que biens suprêmes au-dessus de tout intérêt politique », a déclaré le président de gauche sur Twitter

Mercredi des manifestants masqués avaient fait irruption dans la mairie de Vinto, se sont saisi de la maire indigène Patricia Arce, lui ont coupé les cheveux, enduit de peinture rouge et l'ont forcé à parcourir à pieds nus des kilomètres après avoir bouté le feu à la mairie. Ce n'est qu'après plus d'une heure que les forces de l'ordre ont réussi à mettre fin au supplice.

« Cela s'appelle le fascisme. Attaquer des femmes, les agresser à cause de leur condition ethnique. La Bolivie fait face à une vague de fascisme », a déclaré le vice-président Alvaro Garcia Linera

Juste après l'incident, toujours dans le même état physique, Patricia Arce s'est exprimée devant les médias : « Je n'ai pas peur de dire ma vérité, je suis dans un pays libre. Je ne vais pas me taire, s'ils veulent me tuer, qu'ils me tuent. Pour ce processus de changement, je donnerai ma vie. »

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir