Colonisation sioniste : Cris d’orfraie, et soutien pratique

Les USA ont donc décrété que l’établissement de colonies en Palestine n’est pas contraire au droit international. Comme le dirait le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo, «après avoir examiné soigneusement tous les arguments », les Etats-Unis concluent que non, après tout, le vol des terres et de l'eau, l'épuration ethnique, l'apartheid, l’interdiction de construire et la démolition de maison pour les autres, ça s'appelle désormais "droit international" - quand ont est du bon côté évidemment.

De fait très cyniquement cette déclaration ne fait qu'exposer la réalité derrière les masques des "négociations de paix", arbitrées par des acteurs aussi neutres que les USA : Israël est une partie du monde occidental, et la colonisation et l’occupation serait simplement impossible sans le soutien économique des USA et, en tout premier lieu, de l'Union Européenne. Ce qui gêne peut-être le plus dans cette déclaration de l’administration Trump, c’est qu’elle expose trop clairement l’hypocrisie de l’Occident face à Israël.

Deux jours après les déclarations de Mike Pompeo, les Régions wallonne et bruxelloise annoncent une mission économique du 8 au 11 décembre à Tel Aviv. Comme le souligne l’Association belgo-palestinienne, cela constitue « une prime à l’impunité dont bénéficie Israël dans la mise en œuvre de sa politique coloniale d’écrasement du peuple palestinien ». A quoi servent réellement les condamnations orales de la colonisation sioniste par l’UE, si dans les faits on continue à soutenir l'état qui pratique cette colonisation ?

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir