Extrémisme...

Roland Marounek, le .

« Les extrêmes gauche et droite sont une même image dans un miroir », Gwendolyn Rutten ; « Le projet d’extrême gauche peut être aussi destructeur qu’un projet d’extrême droite », Benoît Lutgen ; « Ceux qui parlent avec le Pari du Travail ne mesurent pas le danger que représente l’extrême gauche », Olivier Chastel. Tout est dans la nuance.

La forte progression aux communales du Parti du travail a fait ressurgir dans le milieu médiatico-politique un discours violemment anti-communiste qui trahit une certaine panique. Fini l'aimable « gauche radicale », revoici en force «l'extrême-gauche» sur toutes les lèvres. Le mot même d’ «extrémisme » leur sert d’épouvantail pour afficher comme seule alternative ’non-extrémiste’ le système qu’ils gèrent: Centre, centre-gauche, centre-droit, centre ni-gauche-ni droite, etc., tous partis réunis pour l’essentiel par leur adhésion fondamentale à l’économie libérale.

Mais, au fait, en quoi est-il particulièrement « extrémiste » d’envisager une société d’où serait exclue l’exploitation de l’homme par l’homme ? Où chaque personne humaine aurait sa place avec les mêmes droits ? Une société où la production serait réalisée non dans le but du profit pour quelques uns, mais pour le développement de l’ensemble de celle-ci ?

Pour nous, ce qui est extrémiste c’est plutôt que l’on puisse crever de froid dans la rue, aujourd’hui, en Belgique ; c’est plutôt que le nombre de millionnaires ne cesse d'augmenter dans notre pays, en même temps qu’explose le nombre de personnes sans-abris, ou incapables de faire face à leurs besoins élémentaires. Ce qui est extrémiste, c’est qu’on dilapide 15 milliards pour acheter des bombardiers, pour aller participer à la destruction d’autres Lybies, de prochains pays récalcitrants à l’ordre libéral ; c’est le drainage des richesses vers la poignée des plus riches, au niveau local et mondial ; c’est que toutes les cinq secondes, un enfant crève de faim pendant que des milliards sont gaspillés pour faire la guerre.

Pour nous, l’extrémisme c’est plutôt ce modèle économique libéral global qui nous est vendu comme seul horizon.

Imprimer