Le droit de grève menacé : Solidarité avec les camarades Bruno et Tom de la FGTB d’Anvers

Même si la condamnation rendue ce 29 juin à l’encontre de Bruno Verlaeckt, président de la FGTB d’Anvers est une condamnation « pour le principe », non assortie d’une peine, et si Tom de Voght, délégué FGTB dans une entreprise du secteur chimique, a finalement été acquitté, ce jugement rendu par le tribunal correctionnel d’Anvers se situe dans un contexte d’offensive violente émanant du patronat et du gouvernement contre les droits syndicaux . La FGTB ira bien sûr en appel de ce jugement. Ce jugement réclame que le mouvement social aussi envoie un signal fort pour la défense de ses droits.

Imprimer E-mail

Réforme des pensions : reflet d’une fracture sociale

Le défi démographique que doit relever l’Europe en ce XXIe siècle donne lieu à des débats passionnés autour de réformes visant pour la plupart à allonger le temps de travail, afin de pouvoir financer notre système de sécurité sociale durablement.

Cependant, tout le monde n’est pas sur le même pied en matière d’espérance de vie, de conditions de travail et de pouvoir d’achat. Or, les réformes proposées (imposées) considèrent que tout un chacun doit travailler un nombre d’années donné, avant de faire valoir ses droits à la retraite et recevoir la pension à laquelle il a droit.

Imprimer E-mail

A propos de la réforme des barèmes : l’expérience est passée de mode, place au mérite !

Celles et ceux qui ont aujourd’hui atteint la cinquantaine savent ce qu’ils doivent – à tous points de vue ! – à l’expérience d’aînés qui leur ont transmis savoir et sagesse, telles des graines qui ne cessent de se développer en avançant en âge. Combien d’enseignements inculqués dans notre jeunesse ne comprenons-nous pas seulement à l’âge adulte, lorsque nous sommes confrontés à certaines situations ? Or, de nos jours, sous couvert de modernité, notre gouvernement, après s’en être pris à d’autres vaches sacrées de notre système économique et social, s’attaque désormais aux barèmes à l’ancienneté. Et ce au profit du mérite, donnée purement subjective, à la tête du client, et qui profite dans sa plus grande part aux classes dominantes.

Imprimer E-mail

Migrants (et navetteurs) de tous pays, unissez-vous !

La question des migrations est la question sociale la plus importante de notre époque. D’abord parce qu’elle est le prétexte à une remontée fulgurante du fascisme, dont on sait que sous couvert de privilégier une race ou une nation, il ne vise qu’à réinstaller l’exploitation et la domination la plus crue, et que sa logique inégalitaire conduit à l’extermination des « indésirables ».

Imprimer E-mail

Vous reprendrez bien un petit job pour la route ?

Il n’y a pas de mot idéal pour décrire l’activité humaine créatrice de valeur et de progrès. Travail est encore le meilleur, même s’il dériverait de « tripalium », instrument de torture antique. « Emploi » évoque trop le travailleur « employé », « utilisé », et donc exploité par un tiers qui s’approprie le fruit de son labeur (sauf dans la fonction publique, où l’on est employé pour le bien public). J’aime assez profession ou, tout simplement, métier. Parce qu’on peut avoir un métier et être chômeur. Même si on est jugé « inutilisable » par l’organisation capitaliste de la société, on est un travailleur avec des compétences, l’envie de construire et une fierté. 

Imprimer E-mail