L'Arbre qui cache la forêt

Les gigantesques incendies qui dévastent la forêt amazonienne ont ému et indigné l'opinion publique mondiale et ce, d'autant plus, que tout indique qu'à l'origine de cette catastrophe se trouve le projet politique du président brésilien Jair Bolsonaro visant à faire de ce "poumon" de l'humanité un gigantesque espace de négoce pour les grandes corporations de l'agro-industrie et de l'industrie minière. Il l'avait annoncé, noir sur blanc, dans son programme électoral où il dévoilait son projet de combattre les organisations des Indiens, des paysans et des défenseurs de la nature afin "d'intégrer l'Amazonie au reste du territoire national".

Imprimer E-mail

Premier Mai : Jour de fête et de résistance

Le premier mai est bien l'emblème historique des luttes populaires. C'est à la suite de ce jour de 1886 où des hommes et des femmes ont mis toute leur force dans la bataille pour réclamer la journée de 8 heures, certains l'ayant payé de leur vie, que cette date a été reprise par les travailleurs du monde entier pour symboliser leurs batailles.

Imprimer E-mail

La couleur des gilets

Le calendrier est parfois porteur de messages. Le 10 décembre au soir, Emmanuel Macron annonçait solennellement sa liste de mesures censées calmer la révolte des Gilets Jaunes. Le 11 au matin, il recevait à l'Elysée les patrons des banques françaises et l'après-midi du 12, les représentants du patronat. Visiblement il devait, sans tarder, rendre des comptes à ses mentors dans le but d'obtenir leur "imprimatur" à la reculade que, pris de panique, il était mettait en œuvre pour sauver leur programme. Pour que le tremblement de terre 'en marche' ne devienne pas tsunami.

Imprimer E-mail

Le rouge et le noir

'Un spectre hante..' les parlements régionaux et fédéraux (et fait un premier pas au Parlement européen). Il explique la nervosité, flirtant parfois avec la panique, de la droite conservatrice, des milieux d'affaires et des forces politiques proches de l'OTAN. Et on les comprend parce que c'est le retour, en force, de la pensée marxiste aux salons feutrés des parlements belges depuis que, au lendemain de la guerre, le Parti communiste, auréolé de son engagement sans faille dans la résistance contre l'occupant nazi avait envoyé une vingtaine de membres au Parlement fédéral. Claire victoire du PTB que nous saluons sans réserves dans l'entendu qu'il fera de ces résultats un instrument clair et résolu dans les luttes qui nous attendent.

Imprimer E-mail

Agression au Venezuela, jeunes en colère pour le climat

Revenant aux pires moments de ses pratiques de prédation impérialiste, le gouvernement étatsunien, après avoir trouvé en Juan Guaido la marionnette qui correspondait à l'emploi, est occupé à agresser le Venezuela. En effet, sans le moindre respect du droit international et de la souveraineté des Etats, il organise la violation de ses frontières, y compris par des menaces militaires, tout en confisquant ses avoirs à l’étranger, et ce pour un montant qui avoisine déjà les 25 milliards de dollars. Ainsi, dépassant les limites de l'hypocrisie, il est en train d'étrangler économiquement ce pays tout en pleurnichant sur les conditions de vie difficiles de sa population. Comportement misérable cautionné par l'Union européenne et en particulier par le président Macron, récidiviste docile dans la prestation de services aux politiques du Pentagone. 

Imprimer E-mail

Ombres et lumières dans l'actualité

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait rendez-vous ce 2 octobre au Consulat de son pays à Istanbul en Turquie dans le but d'obtenir un document nécessaire aux formalités de son projet de mariage. Visite dont il ne devait pas sortir vivant puisque vingt jours plus tard, le gouvernement de son pays fait savoir au monde entier, après moult mensonges et tergiversations, que Khashoggi est décédé à la suite d’une "bagarre qui aurait mal tourné". Affabulation qui dépasse les sommets de l'indécence puisque tout indique que ce journaliste dissident a bien été victime d'un assassinat barbare méticuleusement préparé et décidé au sommet de l'Etat saoudien dirigé par le jeune prince héritier Mohamed ben Salman; le même qui organise les bombardements quotidiens et indiscriminés contre les populations du Yémen avec la complaisance, sinon la complicité, de ces grands "démocrates" que sont Donald Trump, Emmanuel Macron et Theresa May.

Imprimer E-mail