Infanticide aux USA, historicide en Europe...

Le président Trump fit durer le suspens au maximum et lorsque la nouvelle arriva, les médias de la planète entière n'eurent de mots assez laudatifs pour saluer le succès de l'administration américaine pour avoir délivré le monde du pape du terrorisme islamique, l'autoproclamé calife Baghdadi.

Sauf que ces médias "oublient", pour le dire poliment, que l'Etat islamique est dans une large mesure un des enfants des politiques militaristes de la diplomatie étasunienne. Ils "oublient" par exemple, pourtant les faits ne sont pas si anciens, que c'est dans le contexte de l'invasion de l'Irak par les troupes américaines qu'est né, en 2006, le dit "État islamique en Irak et au Levant" plus connu comme Daech dans le langage journalistique et dirigé déjà par Baghdadi. Ils ne se souviennent pas non plus que dans le but d'anéantir toute forme d'indépendance ou d'insoumission des états de la région, surtout lorsqu'il s'agissait d'états laïcs, la diplomatie américaine, suivie fidèlement par celles du Royaume Uni et de la France qui se disputaient pour être les plus obéissants aux injonctions de la Maison Blanche, a tout fait -et continue à le faire- pour soumettre l'Irak, la Libye et la Syrie; le tout au grand bénéfice d'Israël qui voyait ainsi lourdement affaiblis ou carrément ruinés les états de la région susceptibles de faire face à ses ambitions et provocations.

Les impostures ne sont pas moindres en Europe. Ainsi, le Parlement européen a voté ce 19 septembre une résolution, à une très large majorité réunissant l'extrême droite, les socialistes et les écolos, pompeusement intitulée : "Importance de la mémoire européenne pour l'avenir de l'Europe" avec la prétention, selon ses auteurs, de prévenir notre continent de retomber dans les affres du totalitarisme. Pour ce faire, ces parlementaires oubliant les sources obscures, plus exactement brunes, d'une bonne partie des origines de l'Union européenne elle-même se sont permis de faire l'amalgame entre les idéologies et les motivations du communisme et du nazisme. C’est-à-dire d'une pensée enfantée par les Lumières, la Révolution française, la Commune de Paris, les soulèvements populaires de 1830 et 1848 ayant pour objet la justice sociale et l'égalité entre les hommes et une autre fondée sur le mépris le plus ignoble pour les dépossédés et sur le racisme le plus abject. Belle occasion de se taire pour ces euro-parlementaires indignes.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir