Portugal : Adieu l'austérité ? Bonjour la gauche ?

Il n'y a pas d'alternative, c'est ce que prétendent les partisans de l’austérité qui dominent aujourd'hui les institutions européennes et la plupart des gouvernements de l'Union Européenne (UE) et en particulier le nôtre. Le cas du Portugal démontre exactement le contraire. En effet, il a le vent en poupe. Son ministre des finances, Mario Centeno, vient d'être élu président de l'Eurogroupe, l'instance très influente regroupant les ministres des finances de la zone euro. Mais surtout, le Portugal est le premier pays européen à tourner le dos aux politiques d'austérité.

Imprimer E-mail

Pourquoi, encore, la défense belge se trouve-t’elle au Moyen-Orient ?

Il n’y a plus grand monde apparemment dans le monde politique ou associatif, pour remettre en cause la participation belge aux côtés des USA (la dite coalition ‘internationale’) que ce soit en Afghanistan, en Irak ou en Syrie. La « vision stratégique » de notre ministre de la Défense publiée il y a quelques mois ne semble provoquer aucun débat : « [Les États-Unis] demandent aux pays européens de contribuer davantage à la stabilisation de leur propre périphérie. L’Europe devra être encore plus présente en tant que security provider… La sécurité belge et européenne dépend plus que jamais de la paix et de la sécurité dans le monde… »

C’est le message habituel, convenu, accepté par tous. En clair le message basique que l’on fait passer c’est « La Défense belge nous protège du terrorisme par ses opérations aux côtés des USA dans le Grand Moyen Orient ». Il faut bien se défendre des terroristes, quand même…

Imprimer E-mail

La Belgique dans l’engrenage syrien

« C'est une attaque chimique, et Bachar el-Assad est responsable. Nous avons demandé une enquête internationale, parce que chaque fois on souhaite pouvoir vérifier les faits, et prendre des sanctions. Le problème c'est que ces sanctions sont bloquées au Conseil de l'ONU par la Russie » Didier Reynders paraphrasait ce 10 avril sur RTL la Reine de Cœur de Lewis Carrol : la condamnation d’abord, l’enquête après. Mais la ‘logique merveilleuse’ est bien partagée par l’ensemble des responsables occidentaux et leurs médias.

Imprimer E-mail

ELECTIONS USA : l'imagination aux primaires

Ce serait une nouvelle ironie de l'histoire si le vote des afro-américains en faveur d’Hillary Clinton, en faisant perdre Sanders, menait à l'élection de Trump. Qui aurait pu imaginer qu'une révolte contre l'establishment aurait lieu dans un pays où, d'après les «experts», la crise économique est dépassée depuis longtemps et qui est de loin la première puissance militaire au monde? Pourtant, cette révolte a lieu et elle a un double visage : d'un côté avec Sanders chez les démocrates et de l'autre part avec Trump chez les républicains, l'un et l'autre rejetés par la direction de leurs partis. Soulignons que Sanders a toujours été élu comme indépendant dans son Etat du Vermont et non comme démocrate et que Trump n'a pas toujours été républicain.

Imprimer E-mail